Luxation de la glande lacrymale chez un chien.

Les chiens et les chats possèdent une troisième paupière que l’on nomme scientifiquement membrane nictitante. Située sous les paupières, elle est de forme triangulaire et son bord libre est normalement caché.

Cette membrane joue un rôle très important pour l’œil de nos animaux. En effet, elle protège l’œil contre la lumière et les traumatismes physiques; son balayage régulier assure un nettoyage de la cornée (surface de l’œil ); elle joue un rôle immunitaire en protégeant l’œil des agressions externes (bactéries, virus…); enfin, sa glande nictitante (ou glande lacrymale) participe à la production de larmes (phase aqueuse ) pour environ 30 à 50 % de la production totale.

 

Cette membrane nictitante peut présenter diverses affections ou malformations (anomalie de position, déformation, inflammation, kystes, tumeurs …). Une des pathologies les plus souvent rencontrées est la luxation de la glande lacrymale accessoire. On voit alors apparaitre dans l’angle interne de l’œil une masse rouge turgescente. (photo 1) Cette affection peut apparaître de façon uni ou bilatérale , souvent chez de jeunes animaux. Toutes les races peuvent en être atteintes, mais il existe une prédisposition raciale, notamment chez Cockers américains, les bulldogs et autres chiens brachycéphales, les pékinois, les lhassa apso ,les bassets ….

Photo 1 : luxation de la glande lacrymale accessoire chez un jeune chien , on visualise très bien la présence d’une masse dans l’angle interne de l’œil.

 

 

Lorsque la glande se luxe et apparaît à l’extérieur, on peut parfois essayer de la replacer sous la membrane manuellement et de mettre en place un traitement anti-inflammatoire ; malheureusement la récidive est en général très rapide et la solution consiste à intervenir chirurgicalement pour la « fixer », afin d’éviter qu’elle ne se luxe de nouveau.

 

La chirurgie consiste à l’enfouir dans un petit tunnel que l’on va réaliser dans la conjonctive de la membrane sur sa face interne.(photo 2) La glande est replacée et fixée en position normale en la suturant à l’aide d’un petit fil résorbable. En aucun cas il ne faut enlever cette glande car elle contribue à la formation des larmes et l’on risquerait de se retrouver avec un œil sec. Cette technique est assez rapide mais un peu délicate: les résultats sont en général bons même si l’on peut noter 10 à 15 % de récidives. (photo 3)

Photo 2 : Exposition de la face interne de la membrane nictitante : on visualise très bien la glande lacrymale en face interne de la membrane ; la chirurgie va consister à l’enfouir pour la fixer.

Photo 3 : aspect immédiatement après la chirurgie : l’œil est de nouveau normal.

Comments are closed.