boxer couché

Adénocarcinome recto-colique chez un chien (attention images chirurgicales)

Crok est un bouledogue français mâle de 8 ans, présenté à la Clinique Vétérinaire de la Plage suite à de l’hémochésie (sang en nature dans les selles) évoluant depuis 9 mois.
Crok a été pris en charge par son vétérinaire traitant qui a mis en place plusieurs traitements symptomatiques (anti-diarrhéiques) et antibiotiques et qui l’a vermifugé. Le vétérinaire a aussi essayé de changer l’alimentation de Crok, mais celui-ci présentait des phases d’amélioration suivies de rechutes et s’amaigrissait.

Son vétérinaire l’a alors référé à la Clinique de la Plage pour une coloscopie, un examen permettant d’aller inspecter directement l’intérieur du colon grâce à un fibroscope.
Lors de l’examen clinique de Crok, on note la présence d’une tumeur polypoïde du rectum, palpable au toucher rectal, à 3 cm de l’anus.

Lors de la coloscopie, on visualise la tumeur sur le plancher du rectum. Les bords sont peu délimités et la tumeur semble invasive.

Des biopsies sont réalisées sous contrôle endoscopique.

Les résultats histologiques obtenus quelques jours plus tard confirment la nature maligne et infiltrante de la tumeur. Il s’agit d’un adénocarcinome recto-colique, une tumeur particulièrement agressive du fait de son extension locale, qui peut être responsable de dégâts importants et de sa capacité à métastaser, c’est à dire à s’étendre aux nœuds lymphatiques et aux viscères.

Les propriétaires étant très motivés pour tenter de prolonger l’espérance de vie de Crok, une intervention chirurgicale visant à extirper totalement la tumeur est planifiée une semaine plus tard.
L’intervention consiste en la résection d’une portion complète du recto-colon, afin d’enlever suffisamment de tissus autour de la tumeur pour avoir des marges saines et limiter ainsi le risque de récidives locales.

Vu la localisation très caudale de la tumeur du tube digestif, l’abord chirurgical se fait par voie naturelle. Le rectum est extériorisé par l’anus jusqu’à la tumeur (photos 1 et 2)

Mise en place de points de traction sur la muqueuse rectale afin de tirer progressivement le rectum caudalement lors de la dissection

Photo 1: Mise en place de points de traction sur la muqueuse rectale afin de tirer progressivement le rectum caudalement lors de la dissection

Dissection du recto-colon au plus près de la paroi rectale

Photo 2: Dissection du recto-colon au plus près de la paroi rectale

puis il est incisé 1 cm en amont de la tumeur (photo 3).

Résection de la portion du rectum comportant la tumeur

Photo 3: Résection de la portion du rectum comportant la tumeur

La portion entre l’anus et ce point est alors retirée et la paroi colique est suturée à la paroi anale restante (photos 4 et 5).

Suture de la paroi colique à la paroi anale en deux plans

photo 4: Suture de la paroi colique à la paroi anale en deux plans

Anus après l'intervention chirurgicale

photo 5: Anus après l’intervention chirurgicale

La dissection du recto-colon est une étape délicate car il est important de préserver la vascularisation et l’innervation du colon et du rectum. Si celles-ci sont lésées, il y a un grand risque de déhiscence des sutures ou de perte de la contractilité du sphincter anale et donc d’incontinence fécale.

De plus dans cette partie du tube digestif on trouve une très forte concentration de bactéries qui risquent de contaminer le site opératoire et favorisent les infections.

Crok est rentré chez lui quelques jours après l’intervention avec un traitement antibiotique et des laxatifs pour limiter les tensions sur la suture et la douleur lors de l’émission de selle.

Trois mois après l’intervention chirurgicale, Crok ne présente plus aucun trouble de la défécation et il a repris son poids de forme!!!

Comments are closed.